Tu es en colère ? Casse des objets, ce sera utile ! (Ceci n’est pas ironique)

Casser des choses ça fait du bien

Qui parmi nous peut prétendre n’avoir jamais été en colère, de toute sa vie ?

Puisque nous sommes sur un blog de développement personnel, vous vous attendez peut-être à lire des conseils pour rester calme lorsque la colère prend le contrôle.

Aujourd’hui, je ne vous dirais rien de tout ça. Je ne parlerais pas d’exercice de respiration, d’apaisement intérieur, de prise de recul, de volonté plus forte que les émotions… Non.

Aujourd’hui je vais vous dire pourquoi il est bon de casser des assiettes. Je m’en suis rendue compte il y a plusieurs semaines, lorsque j’ai laissé ma colère s’exprimer pour la première fois.

Je n’ai jamais vraiment compris la nécessité de casser des choses lorsque l’on est en colère. Ayant déjà assisté à quelques scènes du genre, j’ai souvent été perplexe face au déluge de violence physique sur les objets. J’ai même déjà trouvé ça ridicule. Un peu comme cette personne qui donne des coups de poing dans les murs… Si le mur est en plâtre, paie tes réparations ensuite. Et si c’est plutôt du béton… Ben tu t’es défoncé les phalanges.

A quoi ça sert de s’en prendre au matériel ?

Du côté des hommes, c’est déjà un comportement limite. Mais il suffit qu’une femme balance un bibelot par terre, et ça y est tout le monde la prend pour une hystérique.

J’ai toujours gardé ma colère à l’intérieur. Quand il s’agit d’une colère profonde que l’on réprime, malheureusement cela a un impact sur notre façon d’être au quotidien. La colère réprimée fait barrage à la construction de l’estime de soi. Et s’il s’agit d’une colère passagère… A force de les accumuler, cela deviendra une colère profonde, quasi-permanente.

Fin janvier, j’ai osé. Les limites de ce que je considère comme le respect ont été franchies. Au début, j’ai essayé d’être calme, j’ai même tenu une dizaine de minutes avant de laisser la colère s’exprimer. Lorsqu’il s’agit de personnes que j’aime, il m’est très difficile d’être impassible; si je suis blessée avec eux cela se ressent immédiatement.

C’est un exploit d’avoir pu parler presque normalement à la personne concernée pendant plusieurs minutes en dépit de la colère. Au début, j’ai même tenté de dériver sur un autre sujet, en me disant que mes émotions allaient s’apaiser.

Finalement ce fut plus fort que moi. J’ai abordé le sujet sensible. Nous avons commencé à parler.

Et finalement au lieu de rester bien sagement assise, je me suis levée. J’ai repoussé l’ordinateur d’une main tremblante et j’ai vite cherché des yeux un objet proche de moi qui ne ferait pas trop de dégâts: un livre.

Je l’ai pris et je l’ai jeté au sol. Plusieurs fois.

Je n’avais jamais fait ça avant. Les manifestations physiques de ma colère ont toujours été timides. La voix qui s’élève, oui (mais plus pour pleurer que pour agresser), les mains qui tremblent un peu, les gestes un peu saccadés… Rien qui ne prenne trop d’espace, en somme. Revenons à ma première fois.

J’ai fixé toute mon attention sur ce livre qui s’écrasait par terre, qui claquait sur le sol dans un bruit sec.

D’une certaine manière, cela me permettait de faire le tri dans mon esprit.

Je sentais la colère m’envahir de partout, j’avais la sensation d’avoir la force (et l’envie) de tout démolir dans la pièce où je me trouvais. Mais j’ai gardé mon attention sur ce livre, sur mes sensations lorsque je le récupérais par terre et lorsque je le jetais à nouveau de toutes mes forces.

Je contrôlais ma colère, j’avais une conscience totale des gestes que j’effectuais.

Ça évite de se défoncer les phalanges ou de casser quelque chose de précieux. Ou de s’en prendre à quelqu’un (ce jour là je n’ai pas eu envie de m’en prendre à mon interlocuteur, mais je ne vous cache pas que cela m’est arrivé une ou deux fois dans ma vie).

En faisant le choix de « casser » quelque chose, j’ai pu réfléchir et me calmer beaucoup plus vite..!

La morale de l’histoire.

Je ne prône pas la destruction ou la violence aveugle. Je ne dis pas qu’il faut systématiquement laisser exploser sa colère et casser des trucs. Mais je suis loin d’être la seule qui garde bien sagement sa colère à l’intérieur. Quand c’est répété, quand c’est trop profond, c’est mauvais. Tout le monde mérite d’exprimer ses émotions ! Pour cela, pas besoin de tout exploser à mains nues: certaines personnes ont déjà besoin d’exprimer verbalement ce qu’elles ressentent. Vous en avez parfaitement le droit.

Pourquoi moi, amatrice d’exercices de respiration et de sérénité intérieure, affirme que casser des objets peut s’avérer positif ?

Réprimer ce que l’on ressent, c’est la fausse bonne idée, je le dis depuis le début. Plus nous observons nos émotions dans le feu de l’action, plus nous sommes capables de prendre du recul. L’idée, c’est de relâcher toute cette énergie bouillonnante et de se concentrer pleinement sur un seul objet, sur toutes les sensations physiques que cela procure.

Une alternative: au lieu de casser du matériel, on peut aussi aller courir, faire une série de pompes, d’abdos, passer l’aspirateur, faire la vaisselle… Cela ne permettra pas forcément d’évacuer l’énergie mais ce type d’activités physique permet de prendre de la distance vis-à-vis de sa colère.

Et vous, quel est votre rapport à la colère, la laissez-vous s’exprimer, savez-vous la maîtriser ? Partagez votre expérience dans les commentaires 🙂

Tu as du mal à passer à l'action ? Tu veux dépasser tes blocages et aller au bout de tes objectifs mais tu ne sais pas par où commencer ? Atelier gratuit en cliquant ici

Vous avez aimé cet article ? Rejoignez la communauté du Canapé Vert sur les réseaux:
FacebookTwitterInstagramYoutube

signature-canape-vert1

Publicités

On échange sur le sujet ? :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s