Procrastination: les pensées et croyances qui l’alimentent.

procrastination-pensees-et-croyances-astuces

Bonjour à tous ! Voici le dernier article de la série sur la procrastination: l’art de toujours tout remettre à plus tard. La première partie de ce dossier expliquait le mécanisme de la procrastination, et nous avons parlé des solutions pour arrêter de procrastiner dans la seconde partie. En conclusion aujourd’hui, décryptons les pensées et croyances qui favorisent la procrastination ! C’est parti…

Le tout ou rien.

Pourquoi commencer quelque chose si ce n’est pas pour le finir tout de suite ? Voilà une pensée qui alimente la procrastination. En adoptant l’attitude « c’est tout ou rien« , il est très facile de se trouver des excuses pour procrastiner ! Lorsque nous voulons faire tout d’un coup, il faut attendre le (soit-disant) moment propice pour se mettre au travail… Et comme par hasard, ce fameux moment propice tarde à se montrer… La tâche est reportée à plus tard.

La boule de cristal, la catastrophe

Je ne vais pas le faire maintenant, je sais que cela ne servira à rien de toute façon, ils ne remarqueront même pas que le ménage à été fait… Je ne vais pas trier les papiers, parce que de toute façon ils remettent toujours le bazar dans mon classement ! Cela ne servira à rien, je le sais ! En imaginant un avenir peu attractif ou un scénario voué à l’échec, on évite carrément de commencer la tâche que l’on voulait faire…

L’étiquetage

L’étiquetage est une croyance assez tenace, on se dit par exemple: ma mère m’a toujours dit que j’étais désorganisé/bordélique. C’est dans ma nature… Cette croyance bien ancrée en tête, nous n’essayons même pas d’aller à l’encontre de cette étiquette qui nous colle à la peau.

Le perfectionnisme

Il faut tout faire parfaitement. Un peu comme la pensée du « tout ou rien », l’attitude perfectionniste nécessite de trouver « le moment propice » pour faire une tâche. Cela rend les choses difficiles… Sans compter cette obsession de perfection, qui peut inconsciemment faire peur. On ne se sent pas à la hauteur de nos propres exigences… Alors on fait les choses à la dernière minute, on procrastine: cela nous donne une excuse pour avoir été « moyen ».

Le raisonnement émotionnel

Je n’en ai pas envie. Je ne le sens pas. Ça m’embête, je le ferais plus tard. Parfois face au manque d’enthousiasme, nous attribuons à nos émotions la valeur d’une raison. On ne réfléchit pas plus loin sur les conséquences de cette procrastination. Puisque nous n’en avons pas envie, nous n’avons pas à le faire, point. C’est un peu léger comme raisonnement, non ?

Votre comportement de procrastination vous gêne ?
  • Commencez par en prendre conscience;
  • Repérez quel type de tâche vous repoussez le plus souvent;
  • Notez les excuses, les pensées ou croyances que vous utilisez pour vous justifier;
  • Tentez de défier ces pensées, expérimentez plusieurs méthodes et outils contre la procrastination ;
  • Faites le bilan de votre temps. Un peu comme le budget de votre ménage, tentez de faire le bilan de votre temps durant une journée ou une demie-journée. Notez vos occupations tous les quarts d’heure ou toutes les demie-heures. Vous verrez ainsi comment vous dépensez votre temps. Pour ce bilan, procédez comme d’habitude, ne faussez pas vos résultats…

Le dossier sur la procrastination est enfin terminé ! Qu’en avez-vous pensé ? Est-ce que cela vous a aidé, avez-vous eu une petite prise de conscience ? N’hésitez pas à partager votre expérience ou à poser vos questions dans les commentaires 🙂

Tu as du mal à passer à l'action ? Tu veux dépasser tes blocages et aller au bout de tes objectifs mais tu ne sais pas par où commencer ? Atelier gratuit en cliquant ici

Vous avez aimé cet article ? Rejoignez la communauté du Canapé Vert sur les réseaux:
FacebookTwitterInstagramYoutube

signature-canape-vert1

Publicités

2 réflexions sur “Procrastination: les pensées et croyances qui l’alimentent.

  1. Personnellement, j’ai bien aimé. Tu as l’art de présenter les choses avec clarté. J’ai pris conscience que je repousse sous des prétextes fallacieux d’engager un processus de changement professionnel, alors que j’en ai envie, juste parce que le changement m’inquiète.

    J'aime

    1. Coucou 🙂 Oui, la clarté c’est l’un de mes premiers objectifs ! Je déteste quand on essaye de m’enseigner quelque chose sans un brin de clarté, il faut pouvoir trier les informations et les réorganiser dans ma tête 😉 Et du coup aujourd’hui, qu’en est-il de ce changement professionnel ? Tu essaies de travailler sur le changement et l’inquiétude que ça apporte ?

      J'aime

On échange sur le sujet ? :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s