Procrastination: nous avons le pouvoir de lui résister

Comment arrêter la procrastination

Bonjour à tous ! Dans la première partie du dossier consacré à la procrastination (l’habitude de toujours tout reporter au lendemain), je vous proposais de comprendre le mécanisme de la procrastination et de découvrir quel est votre profil de procrastinateur. La troisième partie sera consacrée aux pensées et croyances qui favorisent la procrastination…

Aujourd’hui dans cette seconde partie, nous allons parler des solutions. Oui, nous avons le pouvoir de résister à la procrastination !

« Une tâche prend autant de temps que l’on veut bien lui en accorder. »

Cela paraît stupide et évident… Mais n’avez-vous jamais reporté une tâche qui, selon vous, allait être longue et fastidieuse et finalement vous rendre compte, lorsque vous passez à l’action, que cette tâche est plus rapide que prévu ?

1) La première arme contre la procrastination: le chronomètre.

Attention, je ne dis pas qu’il faut se chronométrer tout le temps. Mais comment pouvons-nous nous organiser si nous n’avons pas une juste perception du temps nécessaire à nos tâches ? Vous arrivez toujours en retard au boulot, persuadé qu’il ne faut que 20 min pour s’y rendre ? Testez le chronomètre, rien qu’une fois… Vous prendrez conscience de l’ajustement nécessaire pour arriver à l’heure.

Ça vous gonfle de passer régulièrement l’aspirateur dans votre chambre, vous préféreriez prendre ce moment pour faire autre chose… En chronométrant objectivement votre action, vous vous rendrez compte que finalement, ça prend une dizaine de minutes… Ce n’est pas si long, n’est-ce pas ?

Il est important d’acquérir une bonne perception du temps nécessaire à nos actions. Cela permet de ne pas être « pris par surprise ».

Quoiqu’il en soit, la motivation ne tombe malheureusement pas du ciel. Alors il faut trouver des astuces pour booster sa motivation, comme par exemple, (2) se prévoir des récompenses à la réussite de nos objectifs, ou bien adopter un plan en plusieurs petites étapes.

3) La motivation vient en faisant.

Cela peut nous sembler improbable. « Si je n’ai pas envie de le faire, ce n’est pas en commençant cette tâche que la motivation va apparaître subitement ! » Et bien en fait… Si, c’est souvent le cas. Il existe même une petite technique pour passer à l’action tout en se créant une porte de sortie:

4) La technique des 5 minutes.

Puisque la motivation vient en faisant, on peut au moins essayer de s’y mettre 5 minutes, montre en main ! Cette technique offre un double avantage: si la motivation n’est pas apparue au bout de cinq minutes, vous avez quand même avancé ! Cinq minutes par ci, cinq minutes par là… Votre tâche pourrait bien progresser, finalement ! L’autre avantage de cette technique, c’est qu’en l’espace de 5 minutes vous pourriez bien sentir la motivation vous envahir et continuer au delà du temps imparti !

5) Changer les « je dois » en « je peux au moins… »

Il ne faut pas négliger l’importance de notre discours intérieur. L’une des forces en action dans le comportement de procrastination, c’est l’impression d’être en corvée. Si notre réflexion passe du stade « je subis » à « je décide », nous aurons déjà plus de facilités à lutter contre la procrastination. Comment faire pour décider ?

Le manque de motivation ne signifie pas une absence d’envie. Face à ce qui semble une « corvée », il est utile de réfléchir aux coûts et aux bénéfices de passer à l’action.

6) En prenant conscience des avantages et des inconvénients à faire quelque chose, nous avons les clefs pour transformer le « je subis » en « je décide de le faire ou pas, je connais les conséquences ».

7) La procrastination est une habitude. On peut donc se créer de nouvelles habitudes.

Vous aimeriez réviser votre cours d’éco et de gestion en rentrant de la fac mais tous les soirs c’est la même chose, vous vous précipitez sur l’ordinateur ? Premièrement, on reste indulgent avec soi-même. Tout le monde n’a pas un tempérament qui permette de se forcer subitement à réviser tous les soirs plus d’une dizaine de pages.

Si la méthode radicale ne nous convient pas, nous pouvons y aller progressivement: rentrer des cours, passer 15 minutes sur l’ordinateur puis s’engager à lire au moins le premier chapitre, ou trois pages. Une fois cette nouvelle habitude bien installée, on augmente la difficulté.

Cet exemple de cours à lire peut s’appliquer pour n’importe quelle autre situation: le but est d’acquérir petit à petit de nouveaux gestes, une nouvelle routine qui va écraser l’habitude de procrastination.

8) Se piéger: prendre un engagement vis-à-vis de soi-même ou des autres.

En clamant haut et fort en face à face ou sur les réseaux sociaux que vous commencez une nouvelle routine sportive, vous prenez une sorte d’engagement vis-à-vis des autres. Ils viendront probablement vous demander où vous en êtes…

L’autre option, c’est de se motiver à plusieurs, ou de demander l’aide d’une tierce personne. Vos amis, votre famille, les groupes de soutien sur Internet, les forums…

9) Placer des signaux d’alerte: post-it, mot dans l’agenda, réveil, en bref, n’importe quel signe qui vous rafraîchira la mémoire et vous incitera à passer à l’action.

Attention, au bout d’un moment nous ne voyons plus le flot de post-it collés sur le réfrigérateur… Il faut adapter ses signaux d’alerte en fonction de leur efficacité.

10) Une autre forme de piège: se créer un environnement favorable.

Et si vous preniez votre temps pour rassembler tout ce dont vous avez besoin ? Une fois posé dans cet environnement favorable, vous n’aurez plus vraiment d’excuses… Par exemple: c’est le moment d’écrire les cartes de vœux. Mais vous n’avez ni cartes, ni timbres, ni enveloppes, ni stylo, et où se trouve votre carnet d’adresses..? Vous pouvez vous piéger en rassemblant tout cela au fur et à mesure… Finalement, vous aurez créé l’environnement idéal pour passer à l’action.

Ces différentes techniques peuvent être combinées et adaptées en fonction de votre profil de procrastinateur ! Qu’en pensez-vous ?

Dans le troisième et dernier article, nous parlerons de nos pensées et croyances qui favorisent la procrastination… Si cet article vous a plu, ou vous a été utile n’hésitez pas à échanger dans l’espace commentaires 🙂

Tu as du mal à passer à l'action ? Tu veux dépasser tes blocages et aller au bout de tes objectifs mais tu ne sais pas par où commencer ? Atelier gratuit en cliquant ici

Vous avez aimé cet article ? Rejoignez la communauté du Canapé Vert sur les réseaux:
FacebookTwitterInstagramYoutube

signature-canape-vert1

Publicités

5 réflexions sur “Procrastination: nous avons le pouvoir de lui résister

  1. Hello,
    Je découvre ton blog aujourd’hui via cet article, je pense que je vais lire tous tes articles parce que j’adore ce genre de sujets, alors merci de cette lecture que tu m’offres ! Un outil qui m’aide pas mal pour la procrastination, c’est le PPP, plus petit pas possible : quel est la première chose à faire pour avancer ? Pour reprendre ton exemple des cartes de vœux, c’est acheter des cartes par exemple, et une fois cela fait, rassembler les adresses, bref découper en petites tranches le « projet », quel que soit sa taille. Identifier l’action concrète et très simple, plutôt que d’envisager le sujet dans sa globalité et repousser systématiquement « le bloc ». Un autre astuce qui m’aide depuis qq temps, et qui rejoint le fait de chronométrer, c’est d’organiser dans le temps les actions : c’est à dire qu’au lieu d’avoir une to do list longue comme le bras (et qui n’en finit jamais, il y a toujours autre chose à ajouter, on ne la voit jamais diminuer, c’est décourageant), je mets sur papier les actions calées en fonction du temps qu’elles prennent environ. Chaque dimanche soir, je fais mon planning personnel de la semaine, ca m’apaise d’avoir cette vision d’ensemble : sur une feuille je fais 5 colonnes pour les 5 jours de la semaine, avec des cases matin, midi et soir, et je mets en premier les RV déjà pris (esthéticienne, docteur, diner, sport…) et ensuite je cale les actions les plus urgentes de ma to do list selon l’heure la plus appropriée. Et je ne me cale pas 4 choses à faire le matin par exemple, l idée est que ce soit faisable. C’est plus doux pour moi, j’ai juste à regarder la tache à faire et si je ne la fais pas, je reporte dans la semaine. Cette façon de faire a bcp contribué à rayer des choses de la to do list sans effort et qui devaient être faites, alors qu’avec la to do list, je raye bien sur, mais surtout les actions les plus faciles…bref, ces astuces fonctionnent pour moi ! Désolée pour le pavé de lecture, j’espère que c’est assez clair.
    Bonne journée

    Aimé par 1 personne

    1. Je comprends totalement cette sensation d’apaisement dont tu parles pour ton planning du dimanche soir ! Certaines personnes ne comprennent pas toujours que l’anticipation est nécessaire pour certains… Bref je m’égare ^^ Je connaissais les Petites Actions mais sous un autre nom. C’est quelque chose d’assez logique et motivant je trouve. Pour ton organisation en fonction du temps, je n’y avais jamais songé mais cela me semble une bonne manière de procéder selon ses besoins ! 🙂

      J'aime

  2. Je n’ai jamais pensé à chronométrer mes tâches quotidiennes, c’est une très bonne idée ! J’ai déjà adopté la technique des 5 minutes et il est vrai que ça fonctionne plutôt bien. Par contre, le problème chez moi est plus un manque d’inspiration que de motivation. J’ai remarqué que cette inspiration fluctue selon les phases lunaires. Je peux par exemple passer des heures à tenter d’écrire un article sans aucun résultat alors qu’en période de nouvelle ou pleine lune, tout me vient sans aucun effort…

    Merci pour cet article, je vais tenter d’intégrer les différentes astuces à mon quotidien ! 🙂

    J'aime

    1. Il m’arrive souvent de reporter certaines choses… Puis finalement lorsque je m’y met, je suis choquée de voir le temps que ça me prend (moins que je ne l’imaginais…) ! Côté inspiration, je pense qu’en étant régulier on a des chances de garder une inspiration à peu près égale, mais en étant sensible aux phases lunaires ou à d’autres évènements environnants, cela peut être plus dur en effet ! Il y a des facteurs environnants que je ne vais pas tenter de canaliser (lune, nature etc), par contre pour les petites choses du quotidien qui sont susceptibles de me saper mon inspiration, j’ai appris à ce que cela m’atteigne moins, à « garder mon intégrité » en quelque sorte ! Merci pour ton commentaire 🙂 🙂

      Aimé par 2 people

On échange sur le sujet ? :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s