Quel procrastinateur êtes-vous ?

Ce qui se cache derrière la procrastination

[Cet article est le premier d’une série de 3 billets consacrés à la procrastination, cette habitude de toujours tout reporter au lendemain ! Rendez-vous dimanche prochain pour lire la seconde partie. Sans plus attendre, rentrons directement dans notre sujet!]

La procrastination n’est pas une mauvaise chose en soi.

Nous procrastinons tous à différents degrés. A quel moment cette tendance à tout remettre à plus tard devient inquiétante ? Lorsqu’il ne s’agit plus d’un comportement contrôlé mais d’une bonne grosse fuite face aux décisions à prendre.

Fainéant, le procrastinateur ? Pas obligatoirement.

Il existe beaucoup de procrastinateurs qui n’ont pas un seul moment à eux ! Croulant sous les activités, ce n’est pas forcément un glandeur. Il fait juste « autre chose« .

La procrastination n’est pas un caractère héréditaire, c’est un comportement. Ce n’est pas une fatalité… Lorsqu’elle est hors de contrôle, la procrastination peut aboutir à des situations difficiles à vivre: au niveau de la santé, des finances ou des relations… Le comportement de procrastination est entretenu par un cercle vicieux d’émotions négatives:

On procrastine pour éviter des émotions négatives mais en retour cela en créée de nouvelles…

La machine infernale est lancée: « je suis nul-le, incapable…« 

(La bonne nouvelle ? On peut changer ça ! « Ça y est j’ai réussi ! » « Ce n’était pas si terrible… »)

Pour contrer le cercle vicieux d’émotions négatives, la procrastination sait aussi se fabriquer des excuses, des émotions positives sur le court terme: « ce n’est pas urgent » « et puis je suis fatigué de toute façon » « je le ferais mieux demain« …

La procrastination incontrôlable alimente la mauvaise estime de soi. On culpabilise. On doute de nous-mêmes. On se dévalorise. En temps normal, nous procrastinons tous un peu, rien d’alarmant. En cas de dépression par contre… La vilaine bête est une véritable arme d’auto-destruction.

Pourquoi procrastine-t-on ?
  • Pour échapper à quelque chose de désagréable: je n’ai pas envie de faire ceci, car pendant ce temps, je ne peux pas faire cela
  • Pour protéger son estime de soi: lorsque l’on a peur d’échouer ou de réussir, nous n’agissons pas, pour ne pas se confronter à nos résultats.
  • Pour résister aux autres: un simple acte de rébellion ou d’affirmation de soi face aux contraintes extérieures.
  • Pour éprouver des sensations fortes: on aime sentir l’adrénaline, le stress du « je fais tout au dernier moment, je suis sur la brèche… »
Et les solutions dans tout ça ?

Aujourd’hui nous avons vu ce qu’il se cache derrière la procrastination, les différents comportements qui provoquent cette inertie. Je vous donne rendez-vous dans ce second article pour parler d’astuces pratiques contre une procrastination envahissante !

En attendant, qu’avez-vous pensé de cet article, vous a-t-il appris quelque chose ?

Quel procrastinateur êtes-vous ?

(Moi c’est clairement le profil « pour protéger son estime de soi » … )

Sarah

Libère ta force ! Un atelier audio offert sur mon tout nouveau site web, clique ici !
Nouveau site web
Instagram
Pinterest
Twitter
Facebook
Youtube

Publicités

5 réflexions sur “Quel procrastinateur êtes-vous ?

  1. Je trouve que votre article est bien structuré. Vous avez abordé un sujet qui touche une bonne partie de la société et je vous en félicite. Personnellement, je procrastine car j’ai peur d’échouer. Malheureusement, je rate beaucoup d’opportunité a cause de cela.

    J'aime

On échange sur le sujet ? :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s