Quel procrastinateur êtes-vous ?

Ce qui se cache derrière la procrastination

[Cet article est le premier d’une série de 3 billets consacrés à la procrastination, cette habitude de toujours tout reporter au lendemain ! Rendez-vous dimanche prochain pour lire la seconde partie. Sans plus attendre, rentrons directement dans notre sujet!]

La procrastination n’est pas une mauvaise chose en soi.

Nous procrastinons tous à différents degrés. A quel moment cette tendance à tout remettre à plus tard devient inquiétante ? Lorsqu’il ne s’agit plus d’un comportement contrôlé mais d’une bonne grosse fuite face aux décisions à prendre.

Fainéant, le procrastinateur ? Pas obligatoirement.

Il existe beaucoup de procrastinateurs qui n’ont pas un seul moment à eux ! Croulant sous les activités, ce n’est pas forcément un glandeur. Il fait juste « autre chose« .

La procrastination n’est pas un caractère héréditaire, c’est un comportement. Ce n’est pas une fatalité… Lorsqu’elle est hors de contrôle, la procrastination peut aboutir à des situations difficiles à vivre: au niveau de la santé, des finances ou des relations… Le comportement de procrastination est entretenu par un cercle vicieux d’émotions négatives:

On procrastine pour éviter des émotions négatives mais en retour cela en créée de nouvelles…

La machine infernale est lancée: « je suis nul-le, incapable…« 

(La bonne nouvelle ? On peut changer ça ! « Ça y est j’ai réussi ! » « Ce n’était pas si terrible… »)

Pour contrer le cercle vicieux d’émotions négatives, la procrastination sait aussi se fabriquer des excuses, des émotions positives sur le court terme: « ce n’est pas urgent » « et puis je suis fatigué de toute façon » « je le ferais mieux demain« …

La procrastination incontrôlable alimente la mauvaise estime de soi. On culpabilise. On doute de nous-mêmes. On se dévalorise. En temps normal, nous procrastinons tous un peu, rien d’alarmant. En cas de dépression par contre… La vilaine bête est une véritable arme d’auto-destruction.

Pourquoi procrastine-t-on ?
  • Pour échapper à quelque chose de désagréable: je n’ai pas envie de faire ceci, car pendant ce temps, je ne peux pas faire cela
  • Pour protéger son estime de soi: lorsque l’on a peur d’échouer ou de réussir, nous n’agissons pas, pour ne pas se confronter à nos résultats.
  • Pour résister aux autres: un simple acte de rébellion ou d’affirmation de soi face aux contraintes extérieures.
  • Pour éprouver des sensations fortes: on aime sentir l’adrénaline, le stress du « je fais tout au dernier moment, je suis sur la brèche… »
Et les solutions dans tout ça ?

Aujourd’hui nous avons vu ce qu’il se cache derrière la procrastination, les différents comportements qui provoquent cette inertie. Je vous donne rendez-vous dans ce second article pour parler d’astuces pratiques contre une procrastination envahissante !

En attendant, qu’avez-vous pensé de cet article, vous a-t-il appris quelque chose ?

Quel procrastinateur êtes-vous ?

(Moi c’est clairement le profil « pour protéger son estime de soi » … )

Tu as du mal à passer à l'action ? Tu veux dépasser tes blocages et aller au bout de tes objectifs mais tu ne sais pas par où commencer ? Atelier gratuit en cliquant ici

Vous avez aimé cet article ? Rejoignez la communauté du Canapé Vert sur les réseaux:
FacebookTwitterInstagramYoutube

signature-canape-vert1

Publicités

4 réflexions sur “Quel procrastinateur êtes-vous ?

On échange sur le sujet ? :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s