Coup de coeur: « Kumiko, the Treasure Hunter », pression sociétale et obsession ?

Kumiko

« Une Japonaise solitaire est convaincue que le trésor perdu d’un film de fiction est en fait réel. »

Ce film est inspiré d’une histoire vraie, celle d’une japonaise retrouvée morte dans un champ aux états-unis en 2001. La police a conclu au suicide mais une légende urbaine a été créée autour de la mort de cette femme. On dit qu’elle serait morte en cherchant le trésor perdu du film Fargo.

Kumiko, the Treasure Hunter, est basé sur cette légende urbaine. Après la vidéo bande annonce, retrouvez ma critique de ce film coup de cœur 🙂

Le Japon, en dépit du folklore, du hentaï et des animes, est un pays très rigide humainement parlant. Sélections dès l’enfance pour accéder aux meilleures écoles, la pression de la réussite est très forte dès le plus jeune âge. Sans parler des femmes qui ont « une date de péremption ». C’est en tout cas ce que l’on sait ici en occident; cet état d’esprit est-il toujours dominant ? Considérons que c’est le cas.

Kumiko a 29 ans, un âge où on l’attend mariée ou engagée dans un poste important. Kumiko ne rentre dans aucune des deux cases, sa mère lui reproche tout au long du film d’être toujours célibataire et son patron lui fait comprendre qu’elle n’a pas bien géré sa carrière.

tumblr_nk2h69QlMU1tsw3eso2_1280

La première chose qui me frappe, c’est la gêne évidente de Kumiko à communiquer avec autrui. Phobie sociale ou obsession qui la coupe du monde ? Parfois, les obsessions sont tellement intenses que tout le reste n’a pas d’importance. Cette quête du trésor de Fargo est peut-être un moyen de se donner un but et de fuir la pression exercée par la famille et le travail.

La photographie du film est magnifique. Les tons de couleur, soigneusement dosés. Kumiko, en veste polaire rouge profond, se démarque souvent dans le décor aux tons froids, solitaire.

maxresdefault

Le film peut laisser une étrange impression, voir mettre mal à l’aise le spectateur. Le ton est léger, parfois humoristique, mais on peut sentir la solitude du personnage, l’étrangeté du monde dans lequel elle se trouve. La bande son accentue cette impression solitaire, l’errance désespérée vers un but heureux.

073081Pour moi, ce film est un mélange métaphorique entre obsession dépressive et poursuite d’un objectif qui n’est pas conforme à la norme. Durant son voyage, Kumiko croise la route d’une vieille dame qui tente de la garder près d’elle en prétextant que Fargo c’est trop loin, qu’il y fait trop froid, que ce n’est pas un endroit pour une fille comme Kumiko. Cela me rappelle un peu les gens qui ont peur de monter un projet et qui argumentent leur point de vue avec de telles excuses… Kumiko s’enfuit de chez la vieille dame et poursuit sa quête, jusqu’au bout.

Avez-vous déjà vu ce film ? Si ce n’est pas le cas, vous ai-je donné envie de le voir ? (Muhahaha)

Si vous le souhaitez, on se retrouve pour échanger sur:
FacebookTwitterInstagramYoutube

signature-canape-vert1

Publicités

On échange sur le sujet ? :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s